dimanche 12 février 2012

F.U.C.K


merci à Edwige

36 commentaires:

lavitaebella a dit…

eh oui, on comprend souvent vite d'où vient le langage des élèves...

un autre exemple : en plein travail sur les registres de langue en CM2, un élève me dit "ma gueule, c'est du langage courant car c'est le surnom d'un copain de mon père"... voilà, tout est dit...

Franck a dit…

Un élève menace un de mes collègues en lui disant "Toi, à la sortie je vais te tuer", signifiant ainsi son désaccord avec la note lamentable qu'il avait eu en dictée.

Du coup, le collègue attrape le père à la sortie et lui dit à mots couverts, que son fils a été déplacé dans ses propos, le menaçant même d'une mort soudaine à la fin de la classe.

Le père se tourne vers son fils et lui dit: "Toi, ce soir, je vais te tuer!"

Mon collègue, ne se démontant pas, déclare au père avec un grand sourire: "Tiens, ce sont les paroles de votre fils".

Le père le regarde et lui dit: "Ben alors, il ne vous a pas insulté."

Que faire alors? Une leçon de vocabulaire sur le langage courant/familier/grossier?

Sophie a dit…

j'ai eu le même "Madame, ce matin votre fils a dit beaucoup de gros mots" elle "ah oui, il est chiant en ce moment avec ça"...

ça rappelle le "mais c'est qu'est-ce que je lui dit tout le temps" de Pause Café pour ceux qui se souviennent ;)

béatrice a dit…

Il y a 3 ans quelques jours à peine après la rentrée une de mes élèves de CP a très gentiment en pleine classe dit à une de ses camarades "Salope!"
J'en parle au père le soir et celui-ci regarde sa fille et lui dit: "Ah çà y est tu recommences tes conneries!" J'en suis restée sans voix et je lui ai souhaité une bonne soirée!

Philippe R. a dit…

@ Sophie, c'est exactement à ça qu'est-ce que je pensais...

Barbara a dit…

quoi et personne pour commenter le superdessin style "croquis en live ""ébauche ""made it" pieds nicklés"!!
:)

Coline a dit…

@lavitaebella : le "ma gueule" est classique et affectueux, dans certains milieux, que certes les enseignants ne fréquentent pas
mais qui n'en rassemblent pas moins de braves gens.
Excellente occasion de souligner que ce n'est pas du langage courant mais familier, puisque justement, on l'utilise en famille.

Barbara a dit…

@ même remarque pour ma gueule

Lola a dit…

Ake Johnny il le dit !

Anonyme a dit…

J'ai eu une élève que la mère appelait "ma gueule" à notre grand dam ...

Anonyme a dit…

moi je trouve ça mignon "ma gueule"...

Edwige a dit…

@ Barbara: oui j'aime le dessin façon "Pieds Nickelés" et même "ébauche Tintin" pour le "cher petit"!!

Anonyme a dit…

au risque de choquer les bienpensant(s) ... autant d'habitude je me retrouve dans les commentaires autant là ... on dirait un groupe de personnes qui se croit au dessus de la moyenne ... surprenant ... et decevant ...

Barbara a dit…

@je disais même remarque que Coline
@Edwige c'est vrai !
@ anonyme du dessus qui dit pas son nom je vois pas en quoi être poli serait être "pédant"

Anonyme a dit…

Lorsque je suis arrivée aux Mureaux il y a 7 ans, j'avais un CP, quelques jours après la rentrée une petite fille fait tomber la totalité de sa case par terre. Elle se lève, me regarde et me dit d'un air navré, "ben putain y en a du bordel par terre !". Là j'ai découvert que ce langage pouvait être le langage usuel pour certains. Nous avons tous travaillé (les élèves et moi) à faire la liste des mots qu'il vaut mieux éviter de dire en classe, j'ai appris des mots que je ne connaissais pas comme "wesh, wesh" je ne sais toujours pas ce que cela veut dire. Et bizarrement je n'en ressens pas le manque.

Christine

dany a dit…

ben pas moi !!!!!!!!!

dany a dit…

pour l'anonyme qui dit pas qui il est !!!!!!

Barbara a dit…

@Christine : "putain "par chez moi c'est comme peuchère ou zut ou ........
ça n'a aucune connotation en effet !

celà dit à l'école je l'ai jamais dit

Coline a dit…

J'aime beaucoup le commentaire de Christine.
Et pas seulement parce que c'est bien pratique, dans certaines circonstances
de savoir utiliser le wesh
mot passe-partout qui sert à tout
et à n'importe quoi.
Wesh bien ou quoi ?

Coline a dit…

Hier
j'ai vu un film germano-italien en VO.
Un des personnages italiens, un jeune, était absolument incompréhensible quand il parlait.
Les spectateurs ont échafaudé plusieurs hypothèses linguistiques, mais
moi, je crois qu'il parlait le wesh italien.
Je n'ai pas osé le dire.
Quand ça part de trop loin, c'est long à expliquer...

Anonyme a dit…

Je m'appelle Louise (je vois pas ce ça change mais bon ...) ce que je disais tout à l'heure c'est que je comprends pas bien pourquoi être si choqués ? Oui ok certaines personnes ne savent adapter leur langage à une situation donnée (en l'occurence lors des relations avec l'école) mais je vois pas pourquoi un tel mépris ????!!!! Je suis une lectrice quotidienne du blog mais je n'ai que rarement posté ... Mais là j'ai été vraiment surprise de cette façon de relayer au rang en gros (j'exagère volontairement) de cassos toutes les personnes qui ont le malheur de dire un vilain mot ! Je suis pour ma part donc instit, ici de la classe moyenne ...très moyenne ... et en dehors de l'école je suis grossière ! oui ! Que ceux qui n'ont jamais dit putain ou connard me jettent la pierre ... ! Bien sur j'ai suffisamment d'éducation pour savoir ne pas être grossière à l'école (jamais un gros mot ne m'a échappé en 10 ans) et bien sur je n'en dit pas non plus avec mon fils ... mais bon...

Enfin je sais pas ... j'ai trouvé certains commentaires méprisants pour franchement pas grand chose. A mon sens ce blog est certes moqueur, satirique mais pas méprisant...

Louise

Barbara a dit…

merci Louise mais je ne vois toujours pas où il y avait du mépris

pas de ma part en tout cas
car en effet la vie à l'école et à l'extérieur est différente

sans rancune
:o)

Anonyme a dit…

Le père de l'élève qui disait des gros mots en classe lui a dit devant moi : " bon, alors, tu vas arrêter de faire le bordel à l'école ! ". Je n'ai pas su quoi dire !...

cecila a dit…

Une année, les gros mots fusaient tellement dans la classe (du "familier" pour les maisons) que nous aovns travaillé la liste des synomymes en vocabulaire. L'année suivante, j'ai été plus directe à la réunion de parents du genre "sachez que si votre enfant utilise les mots tels putain, p'tain, merde, engueler, il sera repris voire puni." J'ai carrément dit les mots que je ne voulais pas entendre, car clairement, on ne part sur les mêmes bases, pt'in ! Et l'année, c'est beaucoup mieux passée ;)

lorys03 a dit…

Bah ??!
J'ai relu tous les commentaires précédant la remarque (anonyme) de Louise, et je ne les ai pas trouvés méprisants ??
Juste une sorte de découragement, face à l'étendue des dégâts du Wesh (bien vu coline), on parle aussi vite qu'on pense, bien plus vite qu'on ne réfléchit, et parce qu'on entend parler comme ça.
Pour en revenir au mépris, ma belle-mère adorée (hum) me disait : "Tu lui parles comme un prof, à ta fille, pas étonnant qu'elle sait pas parler !" juste avant de lui servir le coco de la cocotte et le lolo de la meuhmeuh. Je trouvais ça blessant comme remarque, je dis des gros mots comme tout le monde, je parle mal et vite aussi à mes heures, mais voilà, je ne sais pas, je trouve que les enfants méritent de faire un effort quand on s'adresse à eux. Non ?

Epamine a dit…

Notre rôle est d'enseigner à nos loulous un vocabulaire utilisable partout et toujours.
Il nous importe que nos petits élèves, lorsqu'ils seront devenus grands, aient un bagage de mots corrects pour écrire une lettre importante qui sera lue jusqu'au bout par son destinataire.
Le problème est que beaucoup de personnes (même dans le corps enseignant, parfois!) ne font plus la différence entre être familier et grossier (et les médias y sont pour beaucoup, selon moi!)

Mais il est définitivement révolu le temps où l'instit était un notable respecté et nous serions bien sots de nous croire supérieurs aux familles de nos élèves. Nous soulignons ici simplement que notre tâche est rude car toutes les règles en vigueur dans la petite ou la grande cour de nos écoles sont souvent aux antipodes de celles en vigueur dans certaines familles. Par contre, c'est notre travail qui est évalué et pas celui des parents lorsqu'on entend un enfant parler... De plus, comme le disent très bien certains de mes collègues du-dessus, un minimum de respect à l'égard des enfants me semble indispensable.
Belle journée à tous... sous la neige? En Lorraine, voui!

Anonyme a dit…

Pire que les gros mots : je convoque un père dont le fils cogne sans arrêt.Je lui décris les méfaits quotidiens du môme. Le père lui balance alors une monumentale paire de gifles, le fait valser contre le mur en braillant "T'as fini de faire chier tout le monde ! Saloperie !"

Barbara a dit…

@anonyme du dessus
et la suite
tu as fait quoi?

Barbara a dit…

parce qu'une gifle à faire valser contre le mur non

Emmanuelle a dit…

Bonjour,

Oui tout a fait. "ma gueule" est tres affectueux, et fait pas partie du langage familier.
Par contre je trouve votre remarque a propos de "certains milieux que les enseignants ne fréquentent pas" pleine de préjugés.
Ces "braves gens" ne sont-ils pas assez bien, pas assez intelligents pour que des institeurs les fréquentent??

Au passage, quand je vois la bouille trop mignonne de mon fils je lui dit affectueusement "oh! Ma gueule..."
Ah et puis j'oubliais... Je suis Conseillère ESF de formation, et professeur de Sciences Sociales. Suis-je assez digne d être fréquentée?

Pas étonnant aussi que les enfants se sentent mis à part dès le primaire, juste à cause de leur niveau social.

Emmanuelle a dit…

Pour votre information, wesh vient de l'arabe qui veut dire "quoi".
Ce n est certainement pas un gros mot, et la langue française c'est construite ainsi depuis des siècles en empruntant des mots nouveaux a d'autres langues et d'autres cultures.
Votre remarque demontre bien un manque de volonté de comprendre l'autre. Navrant...

Barbara a dit…

oh là zen zen zen moi je viens me rezenner pas polémiquer
y a vraiment plus grave

vraiment

ps bisous Jack

Anonyme a dit…

Il y a quelques années, une élève d'une de mes collègues a dit en classe: "je vais me faire engueulée". La maîtresse a voulu la reprendre en disant que c'était un vilain mot. L'étonnement dans ces yeux était très grand, il est devenu plus grand encore quand la maîtresse lui a demandé de le remplacer et qu'elle n'en connaissait aucun autre. "Disputer", " gronder"... Connaissait pas! Jamais entendu... Pas étonnant, donc, de la retrouver en difficulté scolaire au CP et au CE1... Comment bien apprendre à lire quand le manque de vocabulaire est si grand! Ne sommes-nous pas là pour combler ces manques?
Sonia

Emmanuelle a dit…

@sonia: et si justement l'école se doit de palier a ces manques justement. C'est et ca a toujours été son devoir. A l'époque de Jules Ferry qui avait le plus besoin de L'instruction? C'était bien la classe ouvrière! Les autres avaient sans doute bien assez de moyens pour payer des précePteurs ou écoles privées à leurs enfants! Et c'est l'école quu a toujours palier a ces manque et quu était une chance pour ces enfants. Maintenant ce n'est plus qu'une série de placards ou on enferme les stéréotypes.

Julie a dit…

Une mère une fois à la sortie de l'école (après avoir reçu des remarques de la part de la maîtresse quant au vocabulaire de sa fille) lui dit : Putain Mendy, tu fais chier à dire des gros mots.

mêlimelau a dit…

Et bien, que de commentaires pour un dessin (très représentatif, je trouve) qui ne fait que montrer le fossé entre ce que certains enfants vivent à la maison et ce qu'on leur demande à l'école.