samedi 12 septembre 2009

écoles du monde

Cher Jack,

Cet été, je suis partie au Bénin pour dispenser des cours de français.

Depuis mon récent retour, j'essaie de passer de l'heure béninoise à l'heure française avec difficultés. Constat du jour: une semaine s'est déjà écoulée depuis la rentrée.

Aussi, depuis une semaine je m'interroge sur certains points:

-pourquoi mes élèves ont une trousse remplie (pour certains deux trousses...) quand bien même mes petits béninois n'avaient qu'un "bic"?
-pourquoi mes élèves me disent "j' peux aller pisser?" (on est ch'ti ou on ne l'est pas) quand bien même mes petits béninois formulaient, accompagné d'une révérence, "Maîtresse, puis-je aller aux toilettes?"?
-pourquoi mes élèves se plaignent de devoir descendre un étage pour aller aux toilettes (bah eh, suite de la question précédente!) quand bien même mes petits béninois n'avaient que les hautes herbes pour choix?
-pourquoi mes élèves ne dédaignent même pas regarder certains livres quand bien même mes petits béninois se battaient pour en prendre un?
-pourquoi mes élèves dorment en classe car ils "vont à la foire jusque minuit" quand bien même mes petits béninois dormaient car ils travaillaient aux champs?
-pourquoi mes élèves disent "c'est moche" quand je dessine au tableau quand bien même mes petits béninois étaient émerveillés de mon coup de crayon?
-pourquoi... La liste est encore longue!
Cela dit, l'exposé de mon expérience, photos à l'appui, a "scotché" mes chères têtes d'anges!

En souvenir de ma contribution béninoise, petite photo de la classe de CP...

Marie

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Sans être allée si loin, je me demande pourquoi mes élèves (GS) me tendent le pied sans un mot pour que je fasse leurs lacets, me disent simplement "j'ai soif !" ou "à boire !" ...
Langage, priorité de la maternelle ??? Y'a du boulot !!!

Barbara a dit…

merci Marie...

Coline a dit…

Comment es-tu allée au Bénin, et pour combien de temps ?
J'aime beaucoup ces expériences d'ailleurs qui relativisent bien nos petits tracas égoïstes d'occidentaux.
Comme Barbara, je te dis merci.

Pimj a dit…

Merci de partager cette belle expérience avec nous Marie !

melilotus a dit…

ah oui .... POURQUOI ?????

Anonyme a dit…

Marie ou Jack...

Il n'y en a pas beaucoup des organismes qui permettent d'y aller pendant les grandes vacances...Ne pourrions nous pas connaître par quel biais tu y es allée ? Merci ! Anne

Delphes a dit…

Oui,je voudrai bien savoir avec quel organisme tu es partie... Merci d'avance.

Par contre, j'ai intérêt à faire des progrès en dessin et en écriture!!!! ( je ne dis pas merci à la technologie!):o/

BRAVO! Beau témoignage!

Claire a dit…

Bonjour Marie
Je comprends le décalage que tu vis. Je suis partie au Burkina cet été, dans une école en pleine brousse qui ressemble à la tienne... Le retour est très difficile! Les problèmes d'ici semblent tellement futiles...
Courage pour la ré-acclimatation...

Anonyme a dit…

Bravo ! Là, tu as dû te sentir utile, vraiment !

Merci
L.

caro a dit…

Bienvenue dans la société de consommation...
C'est vrai que le décallage est énorme et de là à réfléchir où est le "vrai"........

caro a dit…

oups, le red gang sévit-il sur les commentaires de blogs? (décalage...)

J'étais juste revenue dire que j'avais moi aussi été frappée par cet écart quand j'ai accueilli une béninoise -justement- dans ma classe (arrivée en novembre en plus : froid)
Nous avions beaucoup partagé, et les élèves d'ici n'en revenaient pas des différences de conditions de vie ! C'était très enrichissant !
La différence de langage (politesse et niveau de vocabulaire) avait aussi étonné...
j'avais adoré cette expérience, cette année là était spéciale !