jeudi 29 septembre 2011

=====

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Trouve d'autres copains!

la grenouille a dit…

allez, calme-toi et raconte-moi ce qui se passe

elise.vauquelin a dit…

il est pas gentil ne reste pas avec lui!

Cath37 a dit…

T'es sûr que c'est pas toi qu'a commencé?

Coline a dit…

c'est sûr que si ça parle pas d'école...

Marie-Pierre a dit…

Il a qu'à aller en parler à Sarko !

Paraît que nous, on n'a pas besoin que l'Etat nous défende...

on s'rai déjà protégé...

Barbara a dit…

éclat de rire !
et super les comms du dessus !

Sophie a dit…

:D
j'ai la version avec les clients à la place du patron :D (des clients comme certains parents... vous savez ceux qui connaissent mieux le métier que les professionnels, ceux qui savent mieux ce qu'il faut faire...)

Anonyme a dit…

Cath37 a dit...

"T'es sûr que c'est pas toi qu'a commencé?"

Comment faire d'une victime un coupable.
Ça commence dès la maternelle, dès la crèche, dès...

Réflexion en apparence anodine, automatique, mais qui peut avoir de bien méchantes conséquences dans le temps.

« Je te demande de l'aide car j'ai appris que je n'ai pas le droit de taper pour me défendre, que je dois venir voir l'adulte pour lui demander de l'aide » et à l'adulte de répondre "t'es sûr que tu n'as pas commencé ?"

Les femmes battues se sentent coupables car elles pensent avoir provoqué les coups. « C’est de ma faute, j’aurais pas dû lui dire ça »… De même des enfants battus par plus grand, par plus fort.

Les femmes violées le sont parce que… parce que « T'es sûr que c'est pas toi qu'a commencé ? »

Quand les victimes se sentent coupables…
Quand les victimes sont culpabilisées…
Quand les victimes deviennent les méchantes…

Avant que de mettre la parole en doute, il faut l’écouter.

Ca me rappelle ce gamin un peu dur, aux coups faciles. Un jour qu’il jouait tranquillement sans emmerder qui que ce soit, deux camarades « bien sous tout rapport» sont allés le voir et l’on emmerdé gratuitement.
Il a réagi.
Ils sont venus se plaindre.
Pas de bol, on a vu leur petit manège.
Quand le méchant devient le coupable idéal.

Sans rancune

Cath37 a dit…

Mais ... mon commentaire était bien sûr très pensé et intentionnel! Car c'est une réflexion que j'entends souvent ... Les dessins humoristiques sont là aussi pour dénoncer des comportements, non! Pour faire réfléchir et élever l'homme... et pour faire rire aussi sur nos propres comportements ... Soyons humbles! (Et désolée si j'ai peiné quelqu'un sans le vouloir).

Anonyme a dit…

Non pas peiné Cath37, mais il est vrai que ta phrase m’a fait bondir. D’un autre côté, je me dis que cet échange aura peut-être permis de faire réfléchir certains collègues qui peuvent les dire, ces mots, SANS FORCEMENT PENSER A MAL, mais qui font mal. Ces mots sont aussi le reflet de notre société.

C’est comme demander à un enfant de recopier la conjugaison d’un verbe comme punition. On se dit que comme ça, la chose sera apprise (hum). Pourtant, sans s’en rendre compte, on fait du travail une punition. Le jour où le travail demandera de recopier des verbes, l’enfant se demandera pourquoi il est puni. Des collègues l’ont déjà fait, des parents le font parfois, sans se rendre compte de la portée du geste.

Nous sommes victimes parfois de nos bonnes intentions.

Bon week end

Cath37 a dit…

OK, la punition c'est la privation d'un droit qui correspondrait à la situation enfreinte et AUSSI et SURTOUT à la réparation. On voit rarement cet aspect dans nos écoles : la réparation! Les enfants sont souvent punis mais rarement encouragés à réparés toutes leurs mauvaises actions.

Anonyme a dit…

Le dessin m'a beaucoup fait rire mais les commentaires m'ont un peu refroidie !!!
A propos de punition, je demande à ceux qui ont dit des gros mots de les chercher dans le dico et de faire signer par les parents ... Il ne faut pas avoir peur d'écrire des vraiment très gros mots sur le cahier de liaison mais c'est super efficace, en général il n'y a pas pas de récidive et ils sont souvent surpris de la signification des mots qu'ils emploient sans les connaître !