mardi 25 novembre 2008

Advil


18 commentaires:

véro a dit…

marre de ces parents qui nous refilent leurs bambins malades en pensant qu'on ne verra rien !!
ils nous prennent parfois pour des billes !!
quand on est malade on reste chez soi ! l'école n'est pas un hospice !!

Barbara a dit…

vécu
et d'accord avec Véro

Catherine a dit…

Sans oublier le commentaire de la mère qui va avec : "mais il VEUT venir à l'école" !!!!
et là je réponds : "ah bon, c'est lui qui décide ?"

Alexis a dit…

Mais ça sera d'autant plus le cas, puisque certains départements pilotes ont l'autorisation de donner des médicaments aux enfants malades après contact d'un médecin référent. Je l'ai vécu et les familles envoient les enfants malades à l'école en espérant qu'on leur donne les traitements...

Em et Ben et M a dit…

éhéh, on va encore faire plus d'économies! disparition des urgences pédiatriques: amenez plutôt votre enfant à la maternelle du coin (la maîtresse n'a que ça à faire, non?)
l'avantage pour cette fameuse maîtresse: elle peut avoir une chance de voir Manon ;-)
em des zardennes

josephine a dit…

Du vécu, archi-vécu. Je me suis disputée avec certains parents pour cette raison.
J'ai toujours refusé de donner des médicaments aux enfants malades car, non seulement ce n'est pas mon rôle,mais je risque de me tromper d'enfants, de dose ou de médicaments (surtout si j'ai 10 enfants sur 30 à traiter).
Je proposais donc aux parents de se déplacer eux-mêmes jusqu'à l'école autant de fois que nécessaire pour administrer la "potion" à leur rejeton.
Mais, c'est curieux, ils ont tous préféré le garder ou le faire garder.
"Vous comprenez,je travaille et je ne peux pas me déplacer 2 fois dans la journée pour venir lui donner son sirop!"

"Je comprends tout à fait, Madame,je travaille aussi et j'ai 29 autres enfants qui ont besoin de moi également."

Emilie a dit…

Tellement vrai!!

thetys a dit…

Ben moi aujourd'hui j'ai une maman (prof d'espagnol et elle-même malade) qui m'a téléphoné ce matin pour me prévenir que sa fille avait la scarlatine et qu'elle gardait par la même occasion son frère (PS dans ma classe), et ajoutant que les deux reviendraient jeudi. Ce à quoi je lui réponds qu'il faut un certificat médical pour la reprise de la grande et qu'une scarlatine dure un peu plus longtemps que 2 jours! Et aussitôt elle m'apprend que la gamine était malade depuis samedi (elle l'a collé à l'école hier) et que sa scarlatine se terminait, d'après le médecin. Je préviens ma collègue qui en rajoute une couche et m'apprend qu'en fait la gamine est malade depuis vendredi et qu'elle l'a mise à l'école avec une dose de doliprane (ben voyons) et donc qu'elle a pu diffuser ses petits streptocoques à toute l'école vendredi et lundi. Les parents ont le droit d'être malades pas les enfants et nous on a le droit d'attraper tous leurs méchants microbes, pour qu'ils puissent râler qu'on est encore absent!!!!

Em et Ben et M a dit…

sympa! et y a pas de maîtresse enceinte pour couronner le tout?
MDZ

josephine a dit…

Mais que font les médecins?

Barbara a dit…

une élève avec impétigo ;
je demande à la maman de la garder
reviens qq heures plius tard avec certificat médical de non contagion...

grâce à ces "adorables" virus: oreillons avec complications lors de ma 1ere année d'enseignement
(m'étais pas faite vaccinée puisque les avait eus enfant...

ben si je confirme les medecins , on peut les avoir 2 fois...

dan a dit…

petit truc:"tu as bu du sirop ce matin? fraise ou banane?"
(fraise c'est l'advil et banane c'est l'anti bio)
cela marche à tous les coups!!!

Coline a dit…

J'ai honte, mais j'ai honte, c'est vraiment mal... : j'ai déjà mis mon fils à l'école bourré de paracétamol, pour aller à l'école moi-même... (mais je ne le referai jamais, c'est juré...)

thetys a dit…

Pour répondre à EM :

Il y a eu un cas de scarlatine dans une des mater. où j'ai enseigné, j'étais alors enceinte de 4 mois et demi de mon deuxième et j'ai appelé mon gynéco en urgence, qui m'a gentiment répondu que le bébé ne risquait rien.
Voilà pour le renseignement, mais je ne suis pas sûre qu'au troisième trimestre le bébé ne risque rien.
Mais j'ai pire comme histoire : l'année dernière une collègue m'a raconté qu'elle avait dû se fâcher avec un papa qui avait mis sa gamine à l'école avec la varicelle, alors qu'elle avait en classe un petit leucémique. Comme la maman du petit bonhomme ne voulait pas que ça se sache, ma collègue n'a rien dit à ce sujet, mais à expliquer au papa qu'un enfant atteint de varicelle ne pouvait pas retourner à l'école sans certificat médical de non contagion, ce à quoi il lui a répondu qu'il travaillait et qu'il ne pouvait pas la garder.Finalement, pour qu'il comprenne qu'il mettait en jeu la vie d'un enfant, elle lui a révélé qu'elle avait un petit leucémique dans sa classe, et le papa lui a tout naturellement répondu qu'elle aurait du le lui dire tout de suite, car ça changeait les choses! Merci pour les autres et surtout pour les adultes de l'école qui ne l'auraient pas déjà eu!!!!

joëlle a dit…

et le médecin qui envoie ses mômes couverts de boutons d'une "éruption virale bénigne" , vous y croyez ??

josephine a dit…

Non!

Em et Ben et M a dit…

merci pour la réponse Thétys: j'ai confondu avec la varicelle! j'ai quand même regardé ce qui se dit sur le oueb: malgré tout, faut se soigner sans tarder en cas de contagion... mais bon, quand on est enceinte, faut toujours se soigner sans tarder si c'est possible! ça va devenir doctissimo ici ;-)
MDZ

Sandrine a dit…

Rahlàlàlàlà, tout vécu moua...
L'impétigo, les gamins malades qui tiennent à peine debout, ceux qui sont shootés au doliprane et deviennent tout blancs à 14h...
Pas encore eu la scarlatine, je croise les doigts !