mardi 25 novembre 2008

hi hue FM



Voici le « savez-vous parler IUFM ? » pour compléter le petit lexique de l’enseignant…
Ce n’est qu’un échantillon mais tellement vrai parfois…
Véro,
fan des dessins de Jack !!

17 commentaires:

Barbara a dit…

à peine exagéré

déjà ,après chaque conférence pédagogique , j'ai l'impression d'être nulle ...
alors pauvres parents ...pour comprendre le jargon des différentes générations d'instits (pardon professeurs des écoles)

enfin moi je suis toujours "instit"
pour l'instant
mais en voie d'extinction...

Anonyme a dit…

C'est rigolo... mais je sors de l'IUFM et je jure qu'à l'IUFM d'Orléans ils ne parlent pas comme ça du tout !! (sinon je n'aurais rien pigé ! )

Mathu a dit…

Tu oublies le célébrissime référentiel bondissant et les activités de non noyade en milieu aménagé :d

josephine a dit…

Ah, oui! C'est le document dont parlait Kati dans son commentaire un peu plus bas (cf. words).
Cela me rappelle les mots trouvés je ne sais plus où, parlant d'un "référentiel bondissant" pour désigner.....un ballon.

Em et Ben et M a dit…

MDR! c'est comme l'allemand: je le parle pas vraiment, mais je le comprends quand je me concentre!
em des zardennes

Kati a dit…

Merci Véro, ça m'évitera de chercher!
Malheureusement, cher(e) Anonyme il y a bien des IUFM (ICFP pour le privé) où l'on parle comme ça et où l'on conseille vivement de parler ainsi pour faire plus pédagogique!
Heureusement, tous ces établissements de formation vont bientôt disparaître (non?) et alors, les PE ne seront plus "déformés"... et même, plus formés du tout!!!!!!! Pov' gosses!!

Mistinguette a dit…

@ Kati
Comment peux-tu dire "heureusement, tous ces établissements de formation vont bientôt disparaître" ? Il y a encore des endroits où on incite les gens à réfléchir sur leur pratique, à inover, à partager et je pense que ces endroits là sont très importants pour former les enseignants ! Je parle au nom des CFP (centre de formation / privé sous contrat)mais j'imagine qu'il y a aussi, dans les IUFM, des formateurs de qualité... et d'autre, moins, comme partout !
Ou alors tu trouves comme nos dirigeants actuels que le "pédagogisme" est la plus mauvaise chose qui puisse nous arriver ? Permets moi de ne pas être d'accord...
Et pardon pour l'énergie que je mets dans mes propos. C'est que j'y crois encore, moi, à la valeur de la formation quand elle est intelligemment amenée...

Mistinguette a dit…

...Pour finir, rappelons que les gens qui se gargarisent avec les "gros mots" sont rarement ceux qui ont vraiment qqchose à dire. Ca ne signifie pas pour autant que tous les mots "de métier", le jargon en somme, sont inutiles : bien souvent, ils permettent de préciser la pensée et l'action...

Mistinguette a dit…

A part ça, moi, celui qui me fait marrer et qui est totalement inutile, de fait, c'est le fameux "outil scripteur"...

Yann a dit…

en même temps, la formation passerait moins de temps sur ce vocabulaire et davantage de temps à nous préparer au terrain, ce ne serait pas plus mal...

me suis rarement autant fait caguer qu'à l'IUFM, et plus dure a été la chute en T1 ou peu de questions trouvaient leurs réponses dans les cours reçus l'année précédente... Je ne veux pas généraliser, j'ai néanmoins reçus des cours intéressants et formateurs, même si souvent très théoriques, et peu en rapport avec le terrain...

mais bon, pourquoi améliorer, quand on peut supprimer?

Kati a dit…

Ooooohhhh Mistinguette!!! mon "heureusement" était un écho IRONIQUE à mon "malheureusement"...!!!
D'ailleurs j'ai ajouté après: "plus formés du tout" suivi de plein de points d'exclamation...


Bien sûr que cette disparition est plus que regrettable et me laisse pensive: si les cours théoriques sont souvent plus que lassants, les stages, échanges, témoignages ont forcément du bon et donnent une idée du métier! Une MINI idée, certes, mais c'est tout de même mieux que d'envoyer sur le terrain des gens qui viennent totalement d'une autre planète...

Je suis bien d'accord avec Yann! Et je pense, Mistinguette, que sa dernière phrase est aussi ironique que mon précédent comm'...^_^

Mistinguette a dit…

Désolée : mon sang n'a fait qu'un tour, mais pas ma langue dans ma bouche ! Je révise donc mon propos et adhère à ton humour que, fatiguée, je n'ai pas su saisir. A bientôt dans ces pages !

Kati a dit…

Bon, tu es pardonnée, je te donne l'absolution!!

Il faut dire que nous sommes tous plus ou moins à cran ces temps-ci....

Mistinguette a dit…

Allez, pour celler notre réconciliation (!), j't'invite dans mon chez-moi virtuel pour un café-pneu-cornichon, à la façon de Nath le bouffon de Grumeauland (elle, c'est ici : http://grumeautique.blogspot.com). Sonne quand tu veux : ma porte t'est ouverte ! A très vite.

Coline a dit…

@mathu: le "référentiel bondissant" était une invention médiatico ministérielle visant à fustiger notre jargon. Arrêtez, mais arrêtez donc de regarder la télé...
Et petite erreur dans le tableau : les primo arrivants ne sont pas les nouveaux mais les enfants d'immigrés récents, dont la langue maternelle n'est pas le français.
Et -fin de mon moment d'énervement, promis, juré - je me souviens d'une formation au cours de laquelle j'ai osé employer le terme "subvocaliser" qui m'a valu les foudres bruyantes et méprisantes d'un collègue. Alors trop de blabla et de jargon oui ça énerve ou ça fait rire, mais bon...Je ne peux pas m'empêcher de penser (ça aussi c'est maaaal) qu'à force de tirer sur ceci et sur cela (les rased, les iufm, etc.)on a été entendu.
Ouh là, mais qu'est-ce que je suis énervée ce soir moi ! Faut que je me calme (demain j'accueille dans ma classe des PE1...Ben oui, il y en a encore)

josephine a dit…

Mince, je n'avais pas remarqué que Mathu et moi parlions de la même chose à 8mn d'écart.J'ai dû écrire mon commentaire pendant qu'il envoyait le sien.Toutes mes excuses, Mathu, d'avoir répété bêtement ce que tu avais déjà écrit.

Charivari a dit…

L'Anonyme qui ne parlait pas tout ce jargon à l'IUFM, c'était moi (j'ai oublié de cocher la bonne case)

Ben non, à Orléans, point de chose-scripteur ni de référentiel bondissant.

On avait des super profs (à deux ou trois près, mais comme partout quoi), qui nous ont fait réfléchir, qui nous ont aidé à prendre de la distance, qui étaient présents, impliqués, plutôt exemplaires dans leur pratique...

Alors c'est sûr, il y avait de tas de petits jeunes pour réclamer des "recettes", des séances "clefs en main", qui ne voulaient que du "concret", mais globalement, on était plein à penser que c'était une de nos dernières occasions de réfléchir à "pourquoi" autant que "comment" enseigner ceci ou cela, parce que quand on a sa classe à plein temps, on a du mal à prendre du recul...

Bref, l'IUFM, j'en sors, et ça me rend bien triste de me dire que les futurs instits n'auront plus la même chance que moi.